Libertyclop
Lexique de la cigarette électronique
Source: http://www.levapelier.com/
Accumulateur :

Aussi appelé accu ou batterie (battery en anglais), c’est la source d’énergie nécessaire au fonctionnement des différents systèmes. Leur particularité est d’être rechargeable selon des cycles Charge/décharge dont le nombre est variable et prédéfini par les constructeurs. Il existe des accus de différentes chimies internes, les mieux adaptées à la vape restent les IMR, Ni-Mh , Li-Mn et les Li-Po.

Comment lire la dénomination d’un accu ? Si on prend comme exemple un accu 18650, le 18 représente le diamètre en millimètre de l’accu, le 65 sa longueur en millimètre et le 0 sa forme (ronde).


Aérosol :

Terme officiel de la « vapeur » que nous produisons en vapant. Il est constitué de Propylène Glycol, Glycérine, eau, arômes et nicotine. Il s’évapore dans l’atmosphère en une quinzaine de secondes contrairement à la fumée de cigarette qui se dépose et libère l’air ambiant en 10 minutes…..par bouffée.


AIDUCE :

Association Indépendante des Utilisateurs de Cigarette Électronique (http://www.aiduce.org/), la voix officielle des vapoteurs en France. Il s’agit du seul organisme pouvant contrarier les projets destructeurs de l’Europe et de l’état français pour notre pratique. Pour contrer la TPD (directive dite« anti-tabac » mais qui saborde plus la vape que le tabac), l’AIDUCE engagera une procédure judiciaire, relative à la transposition de la directive européenne en droit national à l’encontre notamment de l’article 53.


Air- holes :

Locution anglaise qui désigne les lumières par lesquelles va s’engager l’air lors d’une aspiration. Ces évents sont situés sur l’atomiseur et peuvent être réglables ou non.


Air-flow:

Littéralement : flux d’air. Lorsque les évents d’aspiration sont réglables, on parle de réglage d’air-flow car on peut moduler l’arrivée d’air jusqu’à la fermeture complète. L’air-flow influe grandement sur le rendu gustatif d’un atomiseur et le volume de vapeur.


Atomiseur :

C’est le conteneur du liquide à vaper. Il en permet la chauffe et son extraction sous la forme d’un aérosol que l’on inhale au moyen d’un embout buccal (drip-tip, drip-top)

Il existe plusieurs type d’atomiseurs : les drippers, les genesis, les cartomiseurs, les clearomiseurs, certains atomiseurs sont réparables (on parle alors d’atomiseurs reconstructibles ou rebuildables en anglais). Et d’autres, dont on doit périodiquement changer la résistance. Chacun des types d’atomiseurs cités fera l’objet d’une description dans ce glossaire. Abrégé: Ato.


Base :

Produits nicotinés ou non, servant à l’élaboration des liquides en DiY, les bases peuvent être à 100 % GV (glycérine végétale), 100 % PG (propylène glycol), on les trouve aussi proportionnées à raison de valeurs de rapport PG/VG comme 50/50, 80/20, 70/30…… par convention on annonce en premier le PG, sauf mention explicite contraire.


Batterie :

C’est aussi un accu rechargeable. Certaines d’entre-elles embarquent une carte électronique qui permet d’en moduler la puissance/tension (VW, VV : variable watt/volt), elles se rechargent via un chargeur dédié ou par connecteur USB directement sur une source adaptée (mod, ordinateur, allume-cigare….). Elles ont aussi l’option marche/arrêt et un indicateur de charge restante, la plupart donnent aussi la valeur de résistance de l’ato et coupent en cas de trop faible valeur. Elles signalent aussi le moment où elles doivent être rechargées (indicateur de tension trop faible). La connexion à l’atomiseur est de type eGo sur les exemples ci-dessous :


BCC :

De l’anglais Bottom Coil Clearomizer. C’est un atomiseur dont la résistance est vissée au plus bas du système proche de la connexion + de l’accu, la résistance servant directement au contact électrique.

Généralement remplaçable à des tarifs contenus, il en existe en simple coil (une résistance) ou en double coil (deux résistances dans le même corps) voire plus (très rare). Ces clearomiseurs ont remplacé la génération de clearos à mèches tombantes pour alimenter la résistance en liquide, désormais les BCC baignent jusqu’au vidage complet du réservoir et procurent une vape tiède/froide.


BDC :

De Bottom Dual Coil, un BCC mais en double coil. En général, ce sont des résistances jetables qui équipent les clearomiseurs (on peut néanmoins parvenir à les refaire soi-même avec de bons yeux, les outils et matériaux adaptés et des doigts fins….).


Bottom feeder :

Ce fut une évolution technique aujourd’hui peu usitée dans la vape actuelle. Il s’agit d’un dispositif qui accueille un atomiseur de n’importe quel type dont la particularité est de pouvoir être rempli par la connexion dont il est équipé. Ce dispositif accueille aussi en natif une fiole souple directement incluse dans la batterie ou le mod (rarement séparée de la batterie mais ça existe par l’intermédiaire d’un pont). Le principe est de nourrir l’ato en liquide en propulsant une dose de jus par pression sur la fiole……Le montage n’étant pas vraiment pratique en situation de mobilité, il est donc devenu rare d’en voir fonctionner.


Bourre :

On la rencontre surtout dans les cartomiseurs mais pas exclusivement. C’est l’élément capillaire des cartos, en coton ou en matériau synthétique, parfois en acier tressé, elle permet une autonomie de vape en se comportant comme une éponge, elle est directement traversée par la résistance et assure son alimentation en liquide.


Box :

Ou mod-box, voir mod-box


Bumper :

Francisation du mot anglais connu des amateurs de flippers……Pour nous il s’agit juste d’augmenter la proportion d’arômes dans une préparation DiY en fonction de la teneur en VG de la base. En sachant que plus la proportion de VG est importante dans et moins les arômes sont perceptibles gustativement.

Carto filler :

Un outil pour retenir le carto du tank afin de tirer suffisamment ce dernier pour le remplir sans risque de fuite.


Carto-puncher :

C’est un outil pour percer facilement les cartomiseurs non percés ou agrandir les trous des cartomiseurs pré-percés.


Cartomiseur :

Le carto en abrégé. C’est un corps cylindrique, généralement terminé par une connexion 510 (et une embase profilée) contenant une bourre et une résistance. On peut directement lui adjoindre un drip tip et vaper après l’avoir chargé, ou le combiner avec un Carto-tank (réservoir dédié aux cartos) pour avoir plus d’autonomie. Le carto est un consommable difficilement réparable, on doit donc en changer périodiquement. (Noter que ce système s’amorce et que cette opération conditionne sa bonne utilisation, une mauvaise amorce le conduit directement à la poubelle!). Il en existe en simple ou double coil. Le rendu est spécifique, très serré au niveau de l’air-flow et la vapeur générée est généralement tiède/chaude. La « vape sur carto » est en perte e vitesse actuellement.


CC :

Abréviation de court-circuit lorsque l’on parle d’électricité. Le court-circuit est un phénomène relativement fréquent qui survient lorsque les connexions positives et négatives sont en contact. De multiples causes peuvent être à l’origine de ce contact (limaille sous le connecteur de l’ato lors d’un perçage de «air-hole», « patte positive» du coil en contact avec le corps de l’ato….). Lors du CC, l’accu va très rapidement chauffer, il faut donc réagir vite. Les possesseurs de mod mécas sans protection d’accu sont les premiers concernés. La conséquence d’un CC, outre des brûlures éventuelles et la fonte de pièces matérielles, est la détérioration de l’accu qui va le rendre instable lors de la charge voir totalement irrécupérable. Dans tous les cas, il est conseillé de le jeter (au recyclage).


CDM :

Ou Capacité de Décharge Maximum. C’est une valeur exprimée en Ampère (symbole A) propre aux accus et batteries. La CDM donnée par les constructeurs d’accu détermine les possibilités de décharge (en pic et en continu) en toute sécurité pour une valeur de résistance donnée et/ou pour tirer le meilleur de la régulation électronique des mods/box électros. Les accus dont la CDM est trop faible vont chauffer à l’utilisation en ULR notamment.


Chain-vap :

En français : action de vaper en continu, sur 7 à 15 secondes par une succession de bouffées. Souvent limité électroniquement sur les mods électroniques entre à 15 secondes, ce mode de vape est courant sur un set-up composé d’un dripper et d’un mod méca (mais aussi avec des atomiseurs à réservoirs) pour peu que l’on dispose d’accus supportant une décharge continue prolongée et un montage adéquat. Par extension, le Chainvaper est aussi celui qui ne lâche quasiment jamais son mod et consomme ses « 15ml/jours ». Il vape de manière continuelle.


Chambre de chauffe :

Thread cap en anglais, c’est le volume dans lequel le liquide chauffé et l’air aspiré se mélangent, aussi appelé cheminée ou chambre d’atomisation. Dans les clearomiseurs et RTA, elle chapeaute la résistance et l’isole du liquide dans les réservoirs. Certains drippers en sont équipés en plus du top cap, sinon c’est le top cap lui-même qui fait office de chambre de chauffe. L’intérêt de ce système est de favoriser la restitution des saveurs, d’éviter une chauffe trop rapide de l’atomiseur et de contenir les projections de liquide bouillant dues à la chaleur de la résistance qui pourraient être aspirées.


Chargeur :

C’est l’outil indispensable pour les accus qu’il va permettre de recharger. Il faut tout particulièrement veiller à la qualité de cet appareil si vous voulez conserver longtemps vos accus, ainsi que leurs caractéristiques initiales (capacité de décharge, tension, autonomie). Les meilleurs chargeurs proposent des fonctions d’indicateur d’état (tension, puissance, résistance interne), et disposent de la fonction « refresh » qui gère un (ou plusieurs) cycles de décharge/charge en tenant compte de la chimie des accus et du taux de décharge critique, cette opération appelée « le cyclage » a un effet régénérateur des performances de vos accus.


Chipset :

Module électronique servant à la régulation et la gestion du flux électrique depuis l’accu, jusqu’à la sortie du flux par le connecteur. Accompagné ou non d’un écran de contrôle, il est doté généralement des fonctions de sécurité de base, de la fonction switch et des fonctions de régulations de puissance et/ou intensité. Certains intègrent aussi un module de charge. C’est l’équipement caractéristique des mods électros. Les chipsets actuels permettent maintenant de vaper en ULR et délivrent des puissances allant jusqu’à 260 W (et parfois plus!).


Clearomiseur :

Connu aussi sous le diminutif « Clearo ». Dernière génération d’atomiseurs, il se caractérise par un réservoir généralement transparent (quelquefois gradué) et un système de chauffe par résistance remplaçable. Les premières générations comportaient une résistance placée en haut du réservoir (TCC : Top Coil Clearomiseur) et des mèches trempant dans le liquide de part et d’autre de la résistance (Stardust CE4, Vivi Nova, Iclear 30…..). On trouve encore cette génération de clearomiseurs, appréciés par les amateurs de vapeur chaude. Les nouveaux clearos ont adopté le BCC (Protank, Aerotank, Nautilus….), et sont de mieux en mieux conçus, en particulier pour le réglage de la quantité d’air aspirée. Cette catégorie reste un consommable dans la mesure où il n’est pas possible (ou difficile) de refaire le coil. Des clearomiseurs mixtes, mêlant résistance toutes faites et possibilité de faire ses résistances soi-même commencent à apparaître (Subtank, Delta 2…). On parle plutôt alors d’atomiseurs réparables ou reconstructibles. La vape est tiède/froide, et le tirage souvent serré même si la toute dernière génération de clearomiseurs développe aussi des tirages ouverts voir très ouverts.


Clone :

Ou « style ». Se dit d’une copie d’un atomiseur ou d’un mod original. Les fabricants chinois en sont de très loin les principaux pourvoyeurs. Certains clones sont de pâles copies tant sur un plan technique que sur la qualité de vape, mais il existe aussi souvent des clones bien réalisés dont les utilisateurs sont satisfaits. Leur prix est bien sûr très en deçà des tarifs demandés par les créateurs originaux. De ce fait, c’est un marché très dynamique qui permet à tous d’acquérir du matériel à moindre coût.

Le revers de la médaille, ce sont : les conditions de travail et la rémunération des ouvriers qui produisent en masse ces produits, la quasi impossibilité d’être compétitifs pour les constructeurs européens et donc de développer l’emploi correspondant et le vol manifeste du travail de recherche et développement des créateurs originaux.

On discerne, dans la catégorie « clone », les copies des contrefaçons. Une contrefaçon ira jusqu’à reproduire les logos et mentions des produits originaux. Une copie reproduira le form-factor et le principe de fonctionnement mais n’affichera pas de façon frauduleuse le nom du créateur.


Cloud-chasing :

Locution anglaise signifiant « chasse aux nuages » qui illustre une utilisation spécifique des matériels et liquides afin d’assurer la production maximale de vapeur. C’est d’ailleurs devenu un sport outre-Atlantique: produire le plus de vapeur possible. Les contraintes électriques réclamées pour ce faire sont supérieures à celles du Power Vaping et demandent d’excellentes connaissances sur son matériel et les montages de résistances. A déconseiller absolument aux primo-vapoteurs.


Coil :

Terme anglais désignant la résistance ou partie chauffante. Il est commun à tous les atomiseurs et peut être acheté complet (avec le capillaire) comme pour les clearomiseurs, ou en bobines de fil résistif que l’on enroule soi-même pour en équiper nos atomiseurs à notre convenance en terme de valeur de résistance. Le coil-art venu des USA, donne lieu à des montages dignes de véritables œuvres d’art fonctionnelles que l’on peut admirer sur internet.


Connecteur :

C’est la partie de l’atomiseur qui se visse au mod (ou à la batterie ou la box,). La norme qui tend à s’imposer est la connexion 510 (pas : m7x0.5), on trouve aussi la norme eGo (pas : m12x0.5). Constitué par un pas de vis dédié au pôle négatif et d’un contact (pin) positif isolé et très souvent réglable en profondeur, sur les atomiseurs il est de conception mâle (bottom-cap) , et sur les mods (top-cap) de conception femelle pour une imbrication optimum.


DC :

Dual coil, double coil


Dégazage :

C’est ce qui se produit avec un accu de technologie IMR lors d’un court-circuit prolongé, (quelques secondes peuvent suffire), l’accu libère alors des gaz toxiques et une substance acide. Les mods et box qui contiennent les accus disposent d’un (ou plusieurs) évent (trou) de dégazage afin de laisser ces gaz et ce liquide se libérer évitant ainsi une possible explosion de l’accu.


DiY :

Do it Yourself, c’est le système D anglais, il s’applique aux e-liquides que l’on fait soi-même et aux bidouilles que l’on adapte à son matériel pour l’améliorer ou le personnaliser……Traduction littérale : « Faites-le vous-même. »


Drip-tip :

L’embout qui permet l’aspiration depuis l’atomiseur où il est fixé, ils sont innombrables tant en formes et matières qu’en tailles et ont généralement une embase 510. Ils sont maintenus par un ou deux joints toriques qui en assurent l’étanchéité et la tenue sur l’atomiseur. Les diamètres d’aspirations peuvent varier et certains s’adaptent sur le top cap pour offrir pas moins de 18 mm utiles d’aspiration.


Dripper :

Catégorie importante d’atomiseurs dont la particularité première est de vaper « en direct », sans intermédiaire, le liquide est directement versé sur le coil, il ne peut donc pas en contenir beaucoup. Les drippers ont bien évolué et certains dorénavant proposent une autonomie de vape plus intéressante. Il en existe des mixtes puisqu’ils proposent une réserve de liquide avec un système de pompage pour son alimentation. C’est dans la plupart des cas un atomiseur reconstructible (RDA : Rebuildable Dry Atomiser) dont on va moduler le/les coils pour en tirer la vape souhaitée tant en puissance qu’en rendu. Pour goûter les liquides il s’avère très prisé car son nettoyage est facile et il suffit de changer le capillaire pour tester ou vaper un autre e-liquide. Il offre une vape chaude et demeure l’atomiseur ayant le meilleur rendu de saveurs.


Drop-volt :

C’est la différence de valeur de tension que l’on obtient à la sortie du connecteur du mod. La conductivité des mods n’est pas constante d’un mod à l’autre. De plus, à la longue, le matériel s’encrasse (filetages, oxydation) il en résulte une déperdition du voltage à la sortie du mod alors que votre accu est lui, bien chargé. Une différence d’1 volt peut être observée suivant la conception du mod et son état de propreté. Un drop-volt d’1 ou 2/10e de volt est normal.

De même, on peut calculer le drop volt lorsqu’on associe le mod à un atomiseur. En imaginant que le mod envoie 4.1V mesurés en sortie directe de la connexion, la même mesure avec un atomiseur associé sera plus basse puisque la mesure tiendra compte aussi de la présence de l’ato, de la conductivité de celui-ci ainsi que de la résistance des matériaux.


Dry :

Voir Dripper


Dry burn :

Sur les atomiseurs où l’on peut changer le capillaire, il est bon de nettoyer son coil au préalable. C’est le rôle du dry burn (chauffe à vide) qui consiste à faire rougir la résistance nue quelques secondes pour brûler les résidus de vape (la calamine déposée par les liquides fortement proportionnés en Glycérine). Une opération à réaliser en connaissance de cause….. Un dry burn prolongé avec des résistances basses ou sur des fils résistifs fragiles et on risque la casse du fil. Un brossage viendra parfaire le nettoyage sans oublier l’intérieur (avec un cure-dent par exemple)


Dry hit :

C’est le résultat d’une vape à sec ou pas approvisionnée en liquide. Une expérience fréquente avec les drippers dont on ne peut voir la quantité de jus restant dans l’atomiseur. L’impression est désagréable (goût de « chaud » voir de brûlé) et implique un réapprovisionnement urgent en liquide ou signale un montage inadapté qui n’offre pas la capillarité nécessaire au débit imposé par la résistance.


E-cig :

Abréviation de cigarette électronique. S’emploie en général pour des modèles fins, n’excédant pas un diamètre de 14 mm, ou pour les modèles jetables à capteur de dépression rarement utilisés aujourd’hui.


E-liquide :

C’est le liquide des vapers, composé de PG (propylène Glycol) de VG ou GV (Glycérine Végétale), d’arômes et de nicotine. On peut y rencontrer aussi des additifs, colorants, de l’eau (distillée) ou de l’alcool éthylique non modifié. On peut le préparer soi-même (DiY), ou l’acheter tout fait.


Ego :

Norme de connexion des atomiseurs/clearomiseurs de pas : m 12×0.5 (en mm avec 12 mm de hauteur et 0,5 mm entre 2 filets). Cette connexion nécessite un adaptateur : eGo/510 pour s’adapter aux mods quand ceux-ci n’en sont pas déjà équipés.


Ekowool :

Cordelette faite de fibres de silice tressées (silica) qui existe en plusieurs épaisseurs. Elle sert de capillaire sous différents montages : gaine pour enfiler un câble ou un cylindre de mesch (atomiseurs genesis) ou capillaire brut autour duquel est enroulé le fil résistif,( drippers, reconstructibles) ses propriétés en font un matériau souvent utilisé car il ne se consume pas (à l’instar du coton ou de fibres naturelles) et ne dissipe pas de goût parasite lorsqu’il est propre. C’est un consommable que l’on doit régulièrement changer pour profiter des saveurs et éviter les dry hits dus à une trop grande quantité de résidus obstruant le passage du liquide.


Fil résistif/non résistif :

C’est avec le fil résistif que l’on fabrique son coil. Les fils résistifs ont la particularité d’opposer une résistance au passage du courant électrique. Ce faisant, cette résistance a pour effet de provoquer une chauffe du fil. Il existe plusieurs types de fils résistifs (le Kanthal, l’Inox ou le Nichrome sont les plus utilisés).

Au contraire, le fil non résistif (Nickel, Argent…) va laisser passer le courant sans contrainte (ou très peu). Il est utilisé soudé aux »pattes » de la résistance dans les cartomizers et dans les résistances BCC ou BDC afin de préserver l’isolant du pin positif qui serait rapidement endommagé (inutilisable) à cause de la chaleur dégagée par le fil résistif quand celui-ci le traverse. Ce montage s’écrit NR-R-NR (Non Résistif – Résistif – Non Résistif).

Composition de l’inox 316L : dont la particularité est sa neutralité (stabilité physico-chimique):

Carbone : 0,03 % max
Manganèse : 2 % max
Silice : 1 % max
Phosphore : 0,045 % max
Souffre : 0,03 % max
Nickel : entre 12,5 et 14 %
Chrome : entre 17 et 18 %
Molybdène : entre 2,5 et 3 %
Fer : entre 61,90 et 64,90 %
Résistivité de l’inox 316L en fonction de son diamètre : (la norme AWG est la norme US)

: 0,15 mm – 34 AWG : 43,5 Ω/m
: 0,20 mm – 32 AWG : 22,3 Ω/m


Flush :

Se dit d’un ensemble mod/atomiseur de même diamètre qui, une fois assemblés ne laissent pas d’espace entre eux. Esthétiquement et pour des raisons mécaniques il est préférable d’obtenir un montage flush.


Genesis :

L’atomiseur genesis a la particularité d’être alimenté par le bas par rapport à la résistance et son capillaire est un rouleau de mesh (feuille métallique de différentes tailles de trame) qui traverse le plateau et trempe dans la réserve de jus.

A l’extrémité haute du mesh est enroulée la résistance. Il fait souvent l’objet de transformations de la part des utilisateurs passionnés par ce type d’atomiseur. Nécessitant un montage précis et rigoureux, il demeure en bonne place sur l’échelle de la qualité de vape. C’est bien sûr un reconstructible, et sa vape est tiède-chaude.

On le trouve en simple ou double coils.


Glycérine Végétale:

Ou Glycérol. D’origine végétale, elle est écrite VG ou GV pour la différencier du propylène glycol (PG), l’autre composant essentiel des bases de l’e-liquide. La glycérine est connue pour ses propriétés hydratantes de la peau, laxatives ou hygroscopiques. Pour nous, c’est un liquide visqueux transparent et inodore au goût légèrement sucré. Sa température d’ébullition est de 290° C, à partir de 60°C elle s’évapore sous la forme du nuage que l’on connaît. La particularité notable de la glycérine est de produire un volume de « vapeur » plus dense et conséquent que le PG, tout en étant moins efficace au rendu des saveurs. Sa viscosité encrasse plus rapidement les résistances et le capillaire que le PG. La plupart des e-liquides du commerce proportionnent à égalité ces 2 composants on parle alors de 50/50.

ATTENTION : il existe aussi de la glycérine d’origine animale dont l’utilisation est déconseillée dans la vape.


Graal :

L’inaccessible et pourtant très recherché équilibre entre le liquide et le matériel, pour une vape paradisiaque….. Il est bien sûr, propre à chacun de nous et ne peut s’imposer à personne.


High drain :

En français : forte capacité de décharge. Se dit des accus supportant une forte décharge en continu (plusieurs secondes) sans chauffer ou subir de détérioration. Avec la vap en sub-ohm (au-dessous d’1 ohm) il est fortement recommandé d’utiliser des accus high drain (à partir de 20 Ampères) dotés d’une chimie stable : IMR ou INR.


Hit :

Je reprendrai ici la superbe définition de Dark sur le forum A&L: « Le « Hit » est un néologisme par excellence du champ lexical de la cigarette électronique. Il désigne la contraction du pharynx comme pour une vraie cigarette. Plus ce « hit » est important plus la sensation de fumer une vraie cigarette est importante. »… pas mieux !

Le hit s’obtient avec la nicotine présente dans les liquides, plus le taux est élevé, plus le hit est ressenti.

Il existe d’autres molécules susceptibles de créer du hit dans un e-liquide comme le Flash mais elles ne sont pas souvent appréciées par les vapoteurs qui en rejettent l’aspect brutal et chimique.


Hybride :

C’est une façon de monter son matériel, qui en amoindrit la longueur en proposant d’intégrer au mod l’atomiseur par un top cap d’épaisseur minimale laissant une connexion directe avec l’accu. Certains modeurs proposent des hybrides mod/ato parfaitement adaptés sur un plan esthétique.
Se dit aussi des vapoteurs qui continuent de fumer tout en s’étant mis à la vape et qui soit se retrouvent en période transitoire, soit font le choix de continuer à fumer tout en vapant.
Hybride


Kanthal :

C’est un matériau (alliage de Fer: 73,2 % – Chrome : 22 % – Aluminium : 4,8%), qui se présente en bobine sous la forme d’un fin fil métallique brillant. Il en existe de plusieurs épaisseurs (diamètres) exprimées en dixième de mm : 0,20, 0,30, 0,32….

Il existe aussi sous une forme plate (ruban ou ribbon en anglais) : le A1 plat par exemple.

C’est un fil résistif très utilisé pour confectionner les coils de par ses qualités de chauffe rapide et sa relative solidité dans le temps. 2 types de Kanthal nous intéressent : le A et le D. Ils n’ont pas les mêmes proportions d’alliage et n’ont pas les mêmes propriétés physiques de résistance.

Résistivité du kanthal A1 en fonction de son diamètre : (la norme AWG est la norme US)

: 0,10 mm – 38 AWG : 185 Ω/m
: 0,12 mm – 36 AWG : 128 Ω/m
: 0,16 mm – 34 AWG : 72 Ω/m
: 0,20 mm – 32 AWG : 46,2 Ω/m
: 0,25 mm – 30 AWG : 29,5 Ω/m
: 0,30 mm – 28 AWG : 20,5 Ω/m

Résistivité du kanthal D en fonction de son diamètre :

: 0,10 mm – 38 AWG : 172 Ω/m
: 0,12 mm – 36 AWG : 119 Ω/m
: 0,16 mm – 34 AWG : 67,1 Ω/m
: 0,20 mm – 32 AWG : 43 Ω/m
: 0,25 mm – 30 AWG : 27,5 Ω/m
: 0,30 mm – 28 AWG : 19,1 Ω/m


Kick :

Appareil électronique multi fonctions pour les mods mécas. 20mm de diamètre pour 20mm d’épaisseur environ, ce module permet de sécuriser sa vape grâce à des fonctions comme la coupure en présence de court-circuit, la modulation de puissance de 4 à 20 watts selon le modèle. Il s’insère dans le mod (dans le bon sens) et coupera aussi lorsque l’accu sera trop déchargé. Il est souvent nécessaire avec un kick d’utiliser des accus plus courts (18500) pour permettre son insertion et fermer les différentes parties du mod.


Kick-ring :

Bague de kick, élément d’un mod méca qui permet l’ajout d’un kick au tube recevant l’accu, quelle que soit sa taille.


Latence :

Ou effet diesel. C’est le temps que met la résistance à chauffer pleinement qui peut être plus ou moins long en fonction de l’état ou des performances de l’accu, de la puissance demandée par la/les résistances et dans une moindre mesure de la qualité de la conductivité de l’ensemble du matériel.


LR :

Abréviation de Low Resistance en anglais, basse résistance. Autour d’1Ω, on parle de LR, au-delà d’1,5 Ω, on considère cette valeur comme normale.


Li-Ion :

Type de batterie/accu dont la chimie utilise le lithium.

Attention : les accumulateurs au Lithium ion peuvent présenter un risque d’explosion s’ils sont rechargés dans de mauvaises conditions. Ce sont des éléments très sensibles qui demandent des précautions de mise en œuvre. (source Ni-CD : http://ni-cd.net/ )


Liberté :

Concept apparemment désuet que les gouvernements, l’Europe, les industriels producteurs de cigarettes et de pharmacologie dénient obstinément aux vapoteurs pour des raisons sans doute financières. La liberté de vapoter devrait, si nous ne restons pas vigilants, se faire aussi rare qu’un neurone dans la tête d’un hooligan.


MC :

Abréviation de micro-coil. Très largement utilisé dans les atomiseurs reconstructibles car facile à réaliser, il ne dépasse pas 3 mm de long dans les tubes des résistances jetables pour un maximum de 2 mm de diamètre. Les spires sont serrées les unes contre les autres afin d’augmenter la surface de chauffe (voir coil).


Mesh :

Feuille métallique apparentée à un tamis dont la trame est très fine, on le roule en un cylindre de 3 à 3,5 mm qui s’insère à travers le plateau d’un atomiseur genesis. Il sert de capillaire à la remontée du liquide. Il faut opérer une oxydation préalable à son utilisation, obtenue en chauffant quelques secondes le rouleau au rouge (à l’orange serait plus exact). Cette oxydation permettant d’éviter tout court-circuit. Différents maillages sont disponibles ainsi que diverses qualités de métal.


Missfire :

Ou faux contact en français). Ce terme anglais signifie un problème de mise sous tension du système, un mauvais contact entre le bouton de « mise à feu » et l’accu en est souvent la cause pour les mods mécas. Pour les électros, cela peut provenir d’une usure du bouton et d’une manière générale des conséquences de fuites de liquide (non conducteur) souvent au niveau du pin positif du top-cap du mod et du pin positif du connecteur de l’atomiseur.

Mod :

Issu du terme anglais « modified », c’est l’instrument qui détient l’énergie électrique nécessaire pour chauffer la résistance de l’atomiseur. Il est composé d’un ou plusieurs tubes conducteurs (au moins à l’intérieur), d’un bouton de marche/arrêt (généralement vissé au bas du tube pour beaucoup de mécas), d’un top cap (capot supérieur vissé au tube) et pour certains les mods électro, une tête de contrôle électronique qui fait aussi et entre-autres, office de switch.


Mod méca :

Mech en anglais, c’est le mod le plus simple de par sa conception et son utilisation (lorsqu’on a de bonnes connaissances en électricité).

En version tubulaire, il est composé d’un tube pouvant accueillir un accu dont la longueur varie selon l’accu utilisé et l’emploi ou non d’un kick. Il est aussi constitué d’un bottom cap (« capot » capuchon inférieur) servant généralement au mécanisme du switch et à son verrouillage. Le top cap (capuchon supérieur) ferme l’ensemble et permet d’y visser l’atomiseur.

Pour les mods non tubulaires, voir la section Mod-box.

Des versions télescopiques permettent l’insertion de n’importe quelle longueur d’accu du diamètre prévu.

On trouve aussi des mécas dont le switch est positionné latéralement, en partie basse du mod. On parle parfois de « Pinkie Switch »).

Les accus les plus usités aujourd’hui sont les 18350, 18490, 18500 et 18650. Les mods tubulaires pouvant les accueillir font donc entre 21 et 23 de diamètre à quelque rares exceptions près.

Mais il existe des mods utilisant des accus 14500, 26650 et même 10440. Le diamètre de ces mods variant bien entendu en fonction.

Les matériaux qui constituent le corps du mod sont : l’acier inoxydable, l’aluminium, le cuivre, le laiton, et le titane pour les plus courants. De par sa simplicité, il ne tombe jamais en panne pour peu qu’on entretienne correctement ses composants et leur conductivité. Tout se passe en direct et c’est l’utilisateur qui gère la consommation électrique, donc le moment de recharger l’accu. Généralement déconseillé aux néophytes, le mod méca ne prétend pas figurer au rang des cigarettes électroniques dont il ne partage pas ……l’électronique justement.


Mod électro:

C’est la dernière génération de mod. La différence avec le méca réside en une électronique embarquée qui va gérer la totalité des fonctionnalités du mod. Bien entendu, il fonctionne lui aussi à l’aide d’un accu et il est possible aussi, de la même façon que les mods mécas tubulaires, d’en moduler la longueur en fonction de la taille désirée mais la comparaison s’arrête là.

L’électronique offre, outre les actions basiques de marche/arrêt, un panel de fonctionnalités qui assurent la sécurité de l’utilisateur par une coupure de l’alimentation dans les cas suivants :

Détection d’un court-circuit
Résistance trop basse ou trop haute
Introduction de l’accu à l’envers
Coupure après x secondes de vape continue
Parfois quand la température interne maximum tolérée est atteinte.
Il permet aussi de visualiser des informations comme :

La valeur de la résistance (les mods électros les plus récents acceptent les résistances à partir de 0.16Ω)
La puissance
La tension
L’autonomie restante dans l’accu.
L’électronique permet aussi :

De régler la puissance ou la tension de vape. (vari-wattage ou vari-voltage).
Parfois de proposer une charge de l’accu par micro-usb
Et d’autres fonctionnalités moins utiles….
Le mod électro tubulaire existe en plusieurs diamètres et se décline dans divers matériaux, form factor et ergonomies.


Mod-box:

On parle ici d’un mod d’apparence non tubulaire et qui ressemble peu ou prou à une boite.

Il peut être « full méca » (total mécanique), semi-méca ou électro, avec un ou plusieurs accus embarqués pour plus d’autonomie et/ou plus de puissance (montage en série ou en parallèle).

Les caractéristiques techniques sont comparables à celles des autres mods mais ils délivrent généralement plus de puissance en fonction de leur chipset (module électronique embarqué) jusqu’à 260W voire plus selon les modèles. Ils supportent des valeurs de résistances proches du court-circuit : 0,16, 0,13, 0,08 ohm!

Il en existe de différentes tailles et les plus petits ont parfois une batterie propriétaire intégrée, ce qui signifie qu’on ne peut théoriquement pas en changer à moins que la possibilité soit offerte d’accéder à la batterie et la remplacer mais nous parlons là de bricolage, le mod n’étant pas fait pour.


Modeur :

Artisan créateur de mod, le plus souvent en série limitée. Il crée aussi des atomiseurs esthétiquement compatibles avec ses mods, d’une facture généralement soignée. Les mods artisanaux comme les e-pipes sont souvent de belles œuvres d’artisanat d’art et, pour la plupart, des objets uniques. En France, il existe des modeurs mécas et électros dont les créations sont plébiscitées par les amateurs d’originalités fonctionnelles.


Multimètre :

Appareil portatif de mesures électriques. Analogique ou numérique, il peut à moindre frais, vous renseigner avec une précision suffisante, sur la valeur de résistance de l’atomiseur, la charge restante dans votre accu, et autres mesures d’intensité par exemple. Un outil souvent indispensable au diagnostic d’un problème électrique invisible et très utile pour d’autres usages que la vape.


Nano-coil :

Le plus petit des micro-coils, d’un diamètre d’1 mm environ, ou moins, il est destiné aux résistances jetables des clearomiseurs lorsque l’on veut les refaire ou bien à réaliser un dragon coil (sorte de coil vertical autour duquel on positionne la fibre capillaire).


Nicotine :

Alcaloïde présent naturellement dans les feuilles de tabac, dégagé sous la forme d’une substance psychoactive par la combustion des cigarettes.

On lui prête des propriétés addictives plus fortes qu’en réalité, alors que c’est seulement combinée à des substances artificiellement rajoutées par les cigarettiers qu’elle accentue son pouvoir addictif. La dépendance à la nicotine est plus la conséquence d’une désinformation savamment entretenue qu’une réalité métabolique.

Il n’en est pas moins vrai que cette substance est dangereuse à forte dose, voire mortelle. L’OMS définit son dosage létal entre 0.5 g (soit 500 mg) et 1 g (soit 1000 mg).

Notre utilisation de la nicotine est très encadrée et sa vente pure est interdite en France. Seules les bases ou e-liquides nicotinées sont autorisés à la vente à raison d’un maximum de 19.99 mg par ml.. Le hit est provoqué par la nicotine et notre corps l’expulse en une trentaine de minutes. De plus, combinée à certains arômes, elle est un exhausteur de gout.

Certains vapoteurs arrivent à s’en passer au bout de quelques mois tout en continuant à vaper des e-liquides ne contenant pas de nicotine. On dit alors qu’ils vapent en no.


OCC :

Organic Cotton Coil, montage utilisant le coton (fleur) comme capillaire, adopté par les fabricants, il est maintenant aussi produit pour les clearomiseurs sous la forme de résistances remplaçables.


Ohm :

Symbole : Ω. C’est le coefficient de résistance au passage du courant électrique d’un fil conducteur.

La résistance, lorsqu’elle s’oppose à la circulation de l’énergie électrique, a pour effet de chauffer, c’est ce qui permet l’évaporation de l’e-liquide dans nos atomiseurs.

La plage de valeurs de résistance pour la vape :

Entre 0,1 et 1Ωpour le sub-ohm (ULR).
Entre 1 à 2.5Ω pour les valeurs « normales » de fonctionnement.
Au-dessus de 2.5Ω pour les valeurs hautes résistances.
La loi d’Ohm s’écrit ainsi :

U = R x I

Ou U est la tension exprimée en volts, R la résistance exprimée en ohms et I l’intensité exprimée en ampères.

On peut en déduire l’équation suivante :

I = U/R

Chaque équation donnant la valeur recherchée (inconnue) en fonction de valeurs connues.

A noter qu’il existe aussi une résistance interne propre aux accus, en moyenne de 0,10Ω, elle dépasse rarement 0,5Ω.


Ohmmètre :

Appareil de mesure de valeurs de résistances spécialement fait pour la vape. Il est doté des connections 510 et eGo, soit sur un seul plot, soit sur 2. Quand on refait ses coils, il est indispensable de pouvoir vérifier la valeur de sa résistance surtout pour vaper en full méca. Cet outil peu onéreux permet en outre de « caler » son ato pour faciliter le montage.


O-ring :

Terme anglais pour joint torique. Les orings équipent les atomiseurs pour aider au maintien des pièces et à l’étanchéité des tanks (réservoirs). Les drip-tips sont aussi maintenus avec ces joints.


Pin :

Terme anglais désignant un contact (généralement le positif) présent dans le connecteur des atomiseurs et dans le top cap des mods. C’est la partie la plus basse de la résistance des BCC. Il est parfois constitué d’une vis, et réglable, ou monté sur ressort sur les mods pour assurer un aspect flush à l’assemblage. C’est à travers le pin positif que circule l’électricité nécessaire à chauffer le liquide. Un autre mot pour pin : le « plot », qui sera soit négatif soit positif selon son emplacement sur le plateau d’un atomiseur reconstructible.


Plateau :

Partie de l’atomiseur reconstructible servant au montage du ou des coils. Il est composé d’une surface sur laquelle un plot positif et isolé apparaît en général au milieu et près du bord sont disposés le ou les plots négatifs. La /les résistances sont passées au travers de ces plots (par des lumières ou autour du sommet es plots) et maintenues vissées. Le connecteur termine en partie basse la pièce, généralement en inox.


Power-vaping :

Locution anglaise désignant une façon de vaper. Il s’agit d’une vape remarquable par la quantité impressionnante de « vapeur » produite. Pour pratiquer le power-vaping, il est nécessaire de réaliser un montage spécifique (ULR en général) sur un atomiseur RDA ou RBA et d’utiliser les accus appropriés. Les liquides destinés au P.V. sont généralement à 70, 80, ou 100 % VG.


Propylène Glycol :

S’écrit PG par convention, un des deux composants de base des e-liquides. Moins visqueux que la VG, le PG encrasse beaucoup moins les résistances mais ne constitue pas le meilleur « producteur de vapeur ». Sa principale fonction est de restituer les saveurs/arômes des liquides et permettre leur miction dans les préparations DiY.

Liquide fluide incolore, non toxique lorsqu’il est inhalé, le propylène glycol entre dans la composition de nombreux produits de l’industrie agro-alimentaire, mais aussi des produits de l’industrie pharmaceutique, cosmétique, aéronautique, textile… . C’est un alcool dont le sigle E 1520 se rencontre sur les étiquettes des plats et préparations industrielles alimentaires.


RBA :

Re-Buildable Atomizer : atomiseur réparable ou reconstructible


RDA :

Rebuildable Dry Atomizer: dripper (reconstructible)


RTA :

Rebuildable Tank Atomizer : atomiseur à réservoir, réparable (reconstructible)


SC:

Single coil, simple coil.


Set ou Set-up:

Ensemble mod plus atomiseur plus drip-tip.


Stacker :

Francisation du verbe anglais to stack : empiler. Action de superposer deux accus en série dans un mod.

Généralement, on utilise 2 X 18350, ce qui va doubler la valeur de la tension de sortie. Une opération à effectuer en toute connaissance des conséquences possibles en cas d’erreur de montage sur l’atomiseur, réservée aux personnes qui maîtrisent la physique électrique et les caractéristiques des différentes chimies des accus.


Steeping :

Anglicisme qui correspond à une phase de maturation des préparations DiY où l’on laisse la fiole reposer à l’abri de la lumière dans un endroit à température ambiante ou fraîche quelques heures ou quelques jours en début d’élaboration. Contrairement au « Venting » qui consiste à laisser maturer le-liquide fiole ouverte.

Il est en général conseillé de procéder à une phase assez longue de steeping puis à une courte phase de venting pour finir.

Le temps de steeping dépend de plusieurs facteurs :

Complexité de la recette.
Présence ou pas de tabac. (Nécessité d’un steeping plus long)
Présence ou pas d’agents de texture ((Nécessité d’un steeping plus long)


Le temps de venting ne doit pas excéder quelques heures. Au-delà de ce terme, la nicotine présente s’oxyde en perdant de sa force et les arômes s’évaporent.


Switch :

Élément du mod ou de la batterie servant à allumer ou éteindre le dispositif de vape par pression, il revient généralement en position éteinte au relâchement. Les switches des mods mécas se verrouillent (locked en anglais) pour le transport dans la poche ou dans un sac, les switches des mods électros agissent en appuyant un nombre donné de fois d’affilée pour allumer ou éteindre le dispositif (idem pour les batteries eGo eVod ….).


Tank :

Mot anglais signifiant réservoir dont sont dotés tous les atomiseurs à l’exception des drippers que l’on doit fréquemment recharger. Les tanks ont une réserve de liquide pouvant aller jusqu’à 8ml. On les rencontre en divers matériaux : Pyrex, inox, PMMA (un plastique polycarbonate).


TankTankomètre :

Outil de l’apparence d’un carto-tank (réservoir pour cartomiseur) qui permet de visualiser la tension restante de votre batterie, la tension qu’envoie votre mod méca et parfois la valeur de vos résistances et l’équivalent en puissance. Certains déterminent aussi le drop volt, que l’on peut calculer d’après la charge théorique de l’accu plein, par la différence de valeur de la charge mesurée à la sortie du mod, sans et avec atomiseur.


Top-cap :

Peut se traduire par capuchon supérieur, c’est la partie de l’atomiseur qui reçoit le drip-tip, et qui referme le montage. Pour les mods c’est la partie supérieure dotée du pas de vis (équipé du pin + isolé) pour y connecter l’atomiseur.


ULR :

Ultra Low Resistance en anglais, ultra basse résistance en français. Lorsque l’on vape avec une valeur de résistance inférieure à 1Ω, on vape en sub-ohm. On vape en ULR quand on descend encore plus bas (autour de 0.5Ω et moins.

Vape réservée aux atomiseurs dry ou genesis, on rencontre aujourd’hui des clearomiseurss étudiés pour la vape ULR. Il est indispensable de disposer d’accus high-drain certifiés et d’être en mesure d’évaluer les risques en cas de montage inadapté ou trop proche du court-circuit.


Vape-fuse :

Fusible circulaire de faible épaisseur qui est disposé contre le pôle négatif de l’accu dans les mods mécas. Il assure une coupure d’alimentation électrique en cas de court-circuit, à usage unique pour les moins onéreux, il peut être efficace plusieurs fois pour les modèles plus chers. Sans accus protégés (par un fusible de ce type intégré à l’accu) et sans kick, vapoter sur un mod méca revient à « travailler sans filet », le vape fuse est recommandé aux utilisateurs de mécas, non-initiés ou débutants.


Vaporisateur personnel :

Autre nom de l’e-cig, propre à la vape sous toutes ses formes.


Vapoter :

Verbe signifiant vaper, mais officiellement entré dans le dictionnaire du vocabulaire. Pas toujours apprécié des vapeurs (officiellement vapoteurs) qui lui préfèrent le mot vaper, tout comme les vapeurs (vapers en anglais) préfèrent ce terme à vapoteurs.


VDC:

Vertical Dual Coil, double coil vertical


Wick:

Mèche ou capillaire, entrant dans la composition d’un montage sous différentes formes (matières), la silice, le coton naturel, la fibre de bambou, le fiber freacks (fibre de cellulose), le coton japonais, le coton tressé (écru naturel)….


Wrap :

Spire en français. Le fil résistif avec lequel nous fabriquons nos coils est enroulé plusieurs fois autour d’un axe dont le diamètre varie de 1 à 3,5mm et chaque tour est une spire. Le nombre de spires et le diamètre du coil obtenu (que l’on reproduira à l’identique, lors d’un montage double coil) aura une valeur de résistance donnée, selon la nature et l’épaisseur du fil employé.


Zapper :

Poste à souder pour montage NR-R-NR. Il s’agit souvent d’un bricolage à partir d’une carte électronique d’appareil photo jetable, du berceau pour la pile, d’un contact rajouté (pour la mise sous tension et la charge du condensateur) le tout terminé, en lieu et place du flash (déposé car inutile), par 2 câbles isolés (rouge + et noir -) chacun équipé d’une pince. Le zapper est capable de réaliser une micro- soudure entre deux fils très fins, sans les faire fondre et sans bourrelets.
.
-Renvendeur exclusif:
© 2013-2016 Liberty-Clop, tous droits réservés